menu close menu
interligne
interligne
Facebook Boucheries André Instagram Boucheries André Youtube Boucheries André
Site Boucherie André
Contacter Boucheries André
Inscription newsletter Boucheries André
menu Boucheries André, du pré à l'assiette
menu Boucheries André, du pré à l'assiette

L’interview de la semaine : Patrick Marchand

Partenaires
04 février 2011

Nouveau directeur du site des Boucheries André à Champagne au Monts d’or, Patrick Marchand nous en dit plus sur son parcours et son arrivée aux B.A…

B.A : Racontez-nous un peu votre histoire, votre parcours professionnel ?

Patrick Marchand : J’ai fait 5 ans d’école hôtelière et après avoir travaillé dans différents palaces cannois, je suis rentré chez Casino Cafétéria pour après travailler chez Mc Donald’s pendant 17 ans. J’ai quitté cette enseigne il y  a peu, puisque je suis arrivé chez B.A en septembre dernier. C’est donc une expérience très récente. Je suis entré chez B.A pour plusieurs raisons. La première c’est que je connais très bien Katia Baronnier  avec qui j’ai ouvert le Mc Donald’s de Bourg en Bresse. La deuxième, parce que je sais que c’est une entreprise familiale, qui a des valeurs que je partage. Je pense notamment au respect du client, et au fait de travailler de manière différente. En effet, nous travaillons beaucoup avec des partenaires de proximité, des fournisseurs locaux, et c’est important.

B.A : D’ou vous vient cette passion pour la cuisine ?

P.M : Ma passion pour la cuisine ? Je ne sais pas vraiment d’où elle vient mais ce que je sais, c’est que déjà tout petit, ma mère nous laissait cuisiner à la maison. En fin de troisième, j’ai naturellement choisi de me diriger vers une école hôtelière. J’en suis sorti diplômé avec un BTS de gestion en hôtellerie. Aujourd’hui, je suis heureux de travailler chez B.A et je me rends compte que les gens, quand ils font leurs courses ne sont parfois pas à même de savoir comment cuisiner les produits ou avec quoi les accompagner. J’aime les conseiller. A ce sujet, j’ai travaillé, au sein des magasins de Rillieux et Champagne, à la mise en place d’ardoises, un peu comme dans les restaurants – c’est l’idée, le plat ou l’astuce du jour…

B.A : Comment s’est fait votre intégration aux B.A et plus particulièrement au magasin Rillieux ?

P.M : J’ai découvert un métier, puisque la boucherie c’est quelque chose que je ne connaissais pas du tout. J’avoue que pour moi la plus grande difficulté c’est le froid ! J’ai un peu de mal à m’adapter aux températures du magasin qui sont celles de la conservation de la viande; soit 4°C. Mais tout est une question d’habitude ! Quoi qu’il en soit, j’ai été très bien intégré par l’équipe de Jean Michel Rivière, directeur du site de Rillieux. J’ai commencé par le conditionnement de la viande pour le libre service boucherie, puisque c’est quand même l’un des coeurs de métier chez BA. J’ai continué au rayon charcuterie pendant 3 mois et demi, pour apprendre à gérer les différents fournisseurs et vendre de beaux produits.

B.A : Comment s’est fait la transition avec la direction du magasin de Champagne ?

P.M : Le poste était vacant. Étant intéressé, je me suis donc proposé pour le reprendre.

B.A : Aujourd’hui, comment envisagez-vous l’avenir du magasin de Champagne, notamment avec le partenariat mis en place avec Frais et Cie. ?

Dans l’hôtellerie restauration nous savons que pour que tout se passe bien, il faut des bras et du service. Si on ne fait pas de service ça ne peut pas marcher. Si dans un palace, il n’y a pas d’accueil, ça ne reste pas un palace bien longtemps. J’ai cette culture et il en est de même aux B.A. Aujourd’hui au sein du magasin, il faut bien sûr développer le chiffre, et commencer par embaucher par exemple. En tout état de cause, je ne suis là que depuis trois jours donc je n’ai pas encore assez de recul pour analyser la situation. Quoi qu’il en soit, je sais que le service fini toujours par payer.
A propos de Frais et Cie, le but du jeu est de se développer et, si Frais et Cie se développe, je pense que le magasin se développera aussi. On va travailler en bonne harmonie et en bonne intelligence. À savoir qu’il existe des produits complémentaires à la viande et que nous ne les vendons pas automatiquement. C’est ce qui est mis en place avec Frais et Cie. Le but c’est aussi de faire vivre les rayons et que le client soit content.

P.marchandPatrick.marchand.team

25 février 2016, 21:55
BOUILLARD.

A connaître tout est extra

25 février 2016, 21:55
BOUILLARD.

A connaître tout est extra